La Préparation Physique 

Le club s'offre les services d'un préparateur physique en la personne de Lyes Rabhi diplomé d'état.
Par ses interventions auprès de nos jeunes joueurs il apporte un maintien physique nécessaire à la pratique du hockey sur glace.
 
Le point vue de Lyes :
 

La préparation physique de hockey

La préparation physique, peut être définie comme l’ensemble des opérations visant l’optimisation, en toute sécurité, des capacités motrices nécessaires à l’accomplissement d’une performance et à sa réitération dans le temps.

La Préparation physique commence par l'analyse des exigences de la discipline sportive.durée de l'effort, distance parcourue, vitesse, accélération, nombre d'actions intenses, fréquence cardiaque, dépense énergétique...). À partir de ces données ont pourra établir un ordre de priorité des qualités physiques (Endurance, Force, Vitesse, Coordination et Souplesse) à développer en relation avec la discipline.

Qualités physiques requises :

• Le hockey qui est un sport caractérisé par des présences courtes et avec une très grande intensité sollicite un certain nombre de systèmes énergétiques variés et complexes.  Au niveau des filières énergétiques, le système anaérobique est le plus fortement sollicité, que ce soit au niveau lactique ou alactique.  Le système aérobie est aussi important, plus particulièrement au niveau de la récupération.  Ces qualités sont d’ailleurs évaluées fréquemment en hockey sur glace par les experts. 

• La vitesse est un atout essentiel, autant au niveau du patinage que de la vitesse d’exécution des différentes habiletés.  Il faut aussi la vitesse de prise de décision dans ce sport où le jeu se déroule à une vive allure.

 • Le hockey est un sport de contact qui exige une grande puissance musculaire et qui permet au joueur de remporter ses batailles à un‐contre‐un qui représente la plus grande proportion des actions durant un match.  Nécessairement, la force musculaire qui est une composante de la puissance devient importante. 

• Finalement, la souplesse permet une meilleure amplitude de mouvement, tout en aidant le joueur à éviter un certain nombre de blessures.  La région des épaules et des hanches présente souvent des déficiences à ce niveau.

 

DES EXERCICES DE PPG À PRATIQUER CHEZ SOI

Des exercices de PPG peuvent être réalisés en intérieur, chez soi le soir ou le matin par exemple. Il s’agira alors d’exercices de gainage, abdominaux, pompes, etc. Ils permettent de maintenir les acquis durant toute la durée de la saison.

• Gainage sur les 4 faces : appuis sur les avant-bras face au sol.
Idem face au plafond, puis sur le côté gauche puis droit (par séries de 30 secondes au départ et progressivement venir à 1 minute)
Ces exercices sont essentiels pour développer la sangle abdominal (limitation des blessures, moins de tassement du corps en fin de course, etc.).

La chaise : adossé contre un mur, se tenir en position à l’équerre (comme si vous étiez assis)
Faire cet exercice par série de 3 x 30 sec en augmentant au fil des semaines.

Les pompes : face au sol, bras tendus, corps tendu, effectuer des mouvements de montée et descente.
Possibilité de rendre ce mouvement plus abordable  pour les débutants en laissant les genoux au sol.
Les demi squats : jambes légèrement écartées, mettre les bras à l’horizontal. Descendre lentement le bassin à hauteur des genoux, le buste droit et légèrement penché sur l’avant.
Garder les pieds bien à plat au sol, puis remonter. A répéter 10 fois et faire 2 à 3 séries au fil des semaines.
Saut à la corde : avec toutes les variantes possibles. Pendant une minute et faire 5 à 6 séries. 

Ma vision sur la préparation physique:

 La préparation physique est essentielle évidemment. Au même titre que le fait de bouger et de faire une activité physique quasi quotidienne est bonne pour la santé, la préparation physique est nécessaire à la pratique du Hockey, notamment car celle-ci ne se fait que sur la glace. Pour développer des qualités physiques et motrices, ou prévenir les blessures, il faut faire d’autres activités, les entrainements sur glace ne suffisent pas. . Comme tout le monde donc, il faut faire une activité physique pour être en bonne santé.
Il existe différents niveaux de préparation, en fonction de l’âge d’abord. Chez les plus jeunes, on ne parle pas de préparation physique au sens strict, mais plutôt de diversification des activités : il faut les faire jouer à d’autres jeux, car entre 6 et 11 ans, c’est la meilleure période pour développer tout ce qui relève de la coordination, de la dissociation, de l’équilibre, de la vitesse ou de la réaction. De ce fait, faire du jonglage, courir dehors, marcher sur un tronc d’arbre sont autant d’activités qui développent ces qualités. Réduire l’activité à la pratique exclusive du hockey à cet âge-là limite le schéma moteur des enfants.
Ensuite, plus on va monter vers les catégories U15 ou U18, plus la préparation physique devient indispensable et organisé pour développer la force, l’endurance. A la préadolescence, il faut développer l’endurance, car même si une progression à un âge plus avancé est possible, il faudra redoubler d’efforts !
Il existe aussi différents niveaux d’entrainement en fonction des objectifs. On peut souhaiter simplement se maintenir en forme et prévenir les blessures, ou progresser physiquement en développer des qualités physiques telle que sa force, son endurance et sa masse musculaire. Dans ce cas, les entrainements sont plus durs, et nécessitent un vrai programme construit.

 
 

Nos Sponsors