Merci maman! Juste merci...

20/12/2018

Vendredi dernier, je suis allé voir jouer mon ancienne équipe junior majeur; Les Voltigeurs de Drummondville. Elle jouait contre les Foreurs de Val-D'or. Les Voltigeurs ont une très bonne équipe cette année, ils ont complètement dominé le match, à tous les niveaux. La marque finale; mon ancienne équipe 7, Foreurs de Val-D'or 1.

Je ne suis pas sorti immédiatement après le match, j'ai parlé quelque temps et l'aréna était presque vide quand j'étais prêt à partir. Il restait seulement les parents des joueurs des deux équipes. Ils attendaient patiemment, chacun de leur côté, de pouvoir parler quelques minutes à leur fils. La porte de sortie la plus proche était située juste à côté d'un petit regroupement de parents des Foreurs. En les voyant, je n'ai pas pu me retenir;

« J'espère que vous aurez le temps de les voir un peu vos ti-gars... »

Une mère me regarde un peu confuse, son mari me dit aussitôt : « Moi aussi, avec un match comme ça, le coach doit avoir le goût de partir rapidement... » La maman venait de comprendre ce que je voulais dire. J'ai lu la déception dans son visage.

Son fils joue à Val-D'or, elle habite peut-être à Shawinigan, ça fait peut-être 4-5 semaines qu'elle n'a pas vu son fils, « peut-être » qu'elle s'ennuie un peu... Et ce soir, ce soir elle pouvait le voir quelques minutes. Mais ce soir, l'équipe n'a pas bien joué, ce soir, l'équipe n'a probablement pas le temps d'attendre que les mamans parlent à leurs ti-gars...

Je ne sais pas si la maman en question a pu profiter de quelques minutes avec son fils, je ne le saurai jamais, mais cette brève rencontre, la vue de cette maman déçue, a fait rejaillir toute sorte d'émotion en moi.

MA MÈRE, qui a tellement souvent vécu cette situation, qui a absolument tout donné pour que je puisse avoir une carrière junior, qui a fait passer mes rêves avant les siens...

Les mamans jouent un rôle tellement important dans le parcours, le développement des joueurs. Encore plus la mienne. Mon père est décédé à l'âge de 33 ans. Un accident bête AU HOCKEY. Une mauvaise chute qui a résulté dans une fracture du coup. J'avais 7 ans à l'époque.

« Bienvenu dans la vraie vie petit garçon! »

Je vous raconterai cette histoire une autre fois, revenons à ma maman! La mienne a tout géré seule. La mienne a subi seule, l'énorme pression de devoir prendre les décisions importantes pour ma carrière. La mienne est une vraie de vraie battante. La mienne n'est pas parfaite, mais elle a fait de son mieux, et son mieux est juste extraordinaire.

Merci maman de m'avoir fait comprendre que c'était correct de continuer à jouer malgré l'accident de papa...

Merci maman de m'avoir enfilé mon équipement devant les petits bonshommes le samedi matin parce que je ne voulais absolument pas manquer 5 minutes de télé...

Merci maman d'avoir si souvent lavé mon équipement, mes combines, mes bas, pour que je ne sente pas trop mauvais...

Merci maman de t'être privé financièrement parce que le hockey, ça coûte cher...

Merci maman d'avoir passé tous tes week-ends pendant 16 ans dans les arénas, d'avoir bu du café « pas buvable », souvent lors de pratique à 6h00 le matin...

Merci maman d'avoir passé au travers de 3 autos pour me suivre et me reconduire partout dans le Québec...

Merci maman d'avoir accepté d'arriver une heure avant le match, règlement d'équipe, et d'être resté une heure après le match, je parlais trop dans la chambre...

Merci maman pour toutes les fois où tu as été là pour moi, dans les moments difficiles comme dans les bons...

Merci maman d'avoir fait 10 heures d'auto pour m'accompagner au repêchage junior...

Je pourrais continuer pendant des heures, mais finalement, et le plus important, merci maman de m'avoir permis de vivre L'ÉCOLE DE VIE DU HOCKEY! Je suis l'homme que je suis aujourd'hui à cause du hockey et de toi....

MERCI!!!