Une bisontine en équipe de France

10/11/2021

Des Ravens de Carleton aux Jeux olympiques de Pékin?

Lorsque la France va entamer son tournoi de qualification olympique en hockey féminin, jeudi en Suède, il y aura un peu d'Ottawa dans l'équipe. La défenseure recrue des Ravens de Carleton, Lucie Quarto, sera de la sélection nationale.

La France va tenter d'obtenir sa première qualification olympique dans la discipline face à la Slovaquie, la Corée du Sud et la Suède.

Je suis excitée d'y aller. Je pense qu'on peut vraiment faire quelque chose avec l'équipe qu'on a. On va tout donner, mentionne Quarto, rencontrée avant son départ pour la Scandinavie.

La mission est à la portée des bleues qui doivent prendre le premier rang du groupe pour obtenir son billet pour Pékin. La France a d'ailleurs battu la Suède, son plus gros adversaire, cet été lors de leur dernière rencontre.

Il faudra prendre chaque match au sérieux. Je sais qu'on va le faire et tout donner sur la glace. Ça passe vite 60 minutes, insiste la joueuse.

"Depuis que je suis petite, je regarde les Jeux olympiques à la télé. Imaginer ce pays qualifié, ce serait réaliser un rêve."

  • - Lucie Quarto, joueuse des Ravens et de l'équipe de France

Les Ravens de Carleton ont mis la main sur la jeune de 19 ans après des discussions avec les entraîneurs de l'équipe de France. Sa nouvelle formation souhaite évidemment qu'elle poursuive sa route aux Jeux olympiques, même si elle devrait la perdre pour plusieurs rencontres.

L'entraîneur de hockey féminin des Ravens de Carleton, Pierre Alain PHOTO : RADIO-CANADA / HUGO BÉLANGER
L'entraîneur de hockey féminin des Ravens de Carleton, Pierre Alain PHOTO : RADIO-CANADA / HUGO BÉLANGER

C'est certain qu'on ferait des rassemblements pour visionner ses matchs. Ça apporterait une visibilité extraordinaire à l'équipe. Elle nous représente dans l'équipe de France, mais ce serait aussi un honneur de la voir évoluer aux Olympiques, dit avec enthousiasme son entraîneur, Pierre Alain.


Un autre style de jeu au Canada

C'est le goût de l'aventure et d'une nouvelle expérience qui a amené la joueuse originaire de Besançon, en Franche Comté, dans la capitale afin de poursuivre ses études en anglais. Quarto apprend aussi beaucoup au contact d'un nouveau style de jeu dans le hockey universitaire.

Ce n'est pas le même hockey! J'apprends beaucoup. On ne voit pas les mêmes systèmes. C'est surtout plus agressif j'ai l'impression. Ça m'aide à développer d'autres aspects de mon jeu, ajoute Quarto qui se décrit comme une défenseure défensive.

La recrue des Ravens s'adapte tranquillement à un hockey plus robuste et où les décisions doivent se prendre rapidement sur une patinoire plus petite.

J'essaie au plus d'être le plus agressive possible. Prendre en charge devant la cage et les poussées dans les bandes. C'est ce que j'essaie de faire, précise Quarto.

Elle a la chance d'habiter avec une famille de hockey, c'est exceptionnel pour elle. Son adaptation avec ses nouvelles coéquipières et sa nouvelle vie au Canada, ça va très bien, insiste Pierre Alain.

C'est en suivant son grand frère Alexis et sa sœur Léa à l'aréna que Lucie a eu la piqûre du hockey. Troisième d'une famille de cinq enfants, la Française fait maintenant son propre chemin.

J'aimais bien jouer avec les garçons! Ensuite, l'équipe de France est arrivée et j'ai vu que c'était possible de continuer, explique la joueuse des Ravens.

Participer aux Jeux olympiques dans le chandail bleu de la France serait grandiose pour Quarto, mais affronter son nouveau pays d'accueil serait une étape encore plus importante.

Je pense qu'on a toutes déjà pensé contre qui on va jouer si on se qualifie! Ce serait énorme de jouer contre des formations comme les États-Unis ou le Canada, pense Quarto, tout haut.

Le parcours olympique de la France permettrait aussi de donner un coup de pouce supplémentaire au hockey féminin dans l'Hexagone.

J'ai l'impression que le hockey évolue vraiment bien au niveau féminin. On a plus de médiatisation et on est plus reconnu quand même. Mais, il y a encore du chemin à faire, résume Quarto, qui aura d'autres coéquipières qui s'alignent dans les rangs universitaires canadiens au sein de sa formation.

Jonathan Jobin